Le plastique : Définition

Le plastique est le mélange d’un polymère souvent obtenu par la transformation de pétrole ou de gaz naturel et de différentes substances additives. C’est un matériau peu couteux qui a l’avantage de pouvoir être à la fois facile à modeler, léger, hermétique, isolant, élastique et très résistant.

Après son utilisation, le plastique est un matériau difficilement valorisable [5]. Seul 20% des plastiques que l’on jette sont recyclés ou incinérés pour produire de l’énergie. Le reste est jeté dans les décharges ou fini dans l’environnement. Pour limiter notre production de déchets plastiques non valorisable, il est donc primordial de réduire sa consommation !

Point sur le recyclage

Le recyclage consiste à utiliser la matière usagée pour la fabrication d’un nouveau produit. Certains matériaux comme le verre ou l’aluminium conservent leurs propriétés dans le processus et sont donc recyclables à l’infini. En revanche, le plastique contient des produits difficilement séparables et perd de sa qualité. Il est donc plus difficilement recyclable. Sa capacité de recyclage, dépend du type de plastique considéré et varie en fonction des régions et des structures de valorisation présentes.

Il existe 5 grandes familles de plastiques recyclables, listées ci-dessous en fonction de la facilité à les recycler [3] :

Polyéthylène téréphtalate (PET) ex : bouteilles d’eau et de boissons sans alcool, les fibres textiles, etc.
Polyéthylène de haute densité (PEHD) ex : bouteille de lait, de jus de fruits et de produits détergents, meubles de jardin, etc.
Polyéthylène de basse densité (PEBD) ex : sacs congélation, sacs poubelles, film plastique, etc.
Polypropylène (PP) ex : plat à micro-onde, paquet de chips, bac à glace, etc.
Le polychlorure de vinyle (PVC) ex : carte de crédit, tuyaux, cuir synthétique, etc.
Polystyrène (PS) ex : couverts et verres en plastique, pot de yaourt, boite à CD ou DVD, etc.
Les autres types de plastique ex : le nylon, les biberons, les CD, les composants de voitures, etc.

Comment savoir si un produit est recyclable ?

Pour savoir dans quelle poubelle jeter un produit, il faut :

  • 1

    Regarder les logos sur l’emballage pour déterminer la recyclabilité du produit

  • 2

    Connaitre, en fonction de votre région,
    les types de plastiques qui sont acceptés dans le container jaune le plus proche de chez vous (vous pouvez aller voir sur le site de votre mairie par exemple).

Les logos du recyclage :

Trinam Triman : Ce logo indique que le produit est recyclable. À vous de jouer et de le mettre dans la boucle du recyclage (poubelle spécifique, déchèterie, point de collecte en supermarché, etc.).
Möbius L’anneau de Möbius : Ce logo indique que le produit est techniquement recyclable si votre région possède les infrastructures nécessaires. Renseignez-vous sur le site de votre mairie.

Les pièges :

Point Vert Le point vert : Ce logo signale que l’entreprise qui fabrique le produit paye une contribution pour aider l’Etat à piloter le tri et le recyclage en France. Il ne garantit en aucun cas que le produit est recyclable.
Autres logos Ces logos identifient le type de plastique. Les numéros (de 1 à 7) correspondent aux sept abréviations. Ils n’indiquent pas que le produit est recyclable.
  • PET : Polyéthylène téréphtalate
  • PEHD : Polyéthylène haute densité
  • PVC : Polychlorure de vinyle
  • PEBD : Polyéthylène basse densité
  • PP : Polypropylène
  • PS : Polystyrène ; autres plastiques

La pollution plastique

Outre le problème que pose la fabrication du plastique en contribuant au tarissement d’une ressource finie et au réchauffement climatique, on estime que plus d’un déchet plastique sur trois finit sa vie dans l’environnement [2]. Au total, c’est plus de 8 millions de tonnes par an qui sont déversées dans l’Océan[1], soit l’équivalent d’un camion poubelle de plastique chaque minute [2].

Une fois dans l’Océan, le plastique et les toxines qu’il contient sont un danger pour la faune et la flore marine qui risquent de se blesser à son contact, s’étouffer ou de s’intoxiquer en l’ingérant. En parallèle, sous l’effet des UVs et des vagues, les plastiques se fragmentent en microparticules pouvant être ingérées par les animaux marins affectant leur système immunitaire et leur fertilité. Une fois dans la chaine alimentaire, les toxines contenues dans le plastique s’accumulent et touchent même les prédateurs supérieurs dont l’Homme fait partie.

8 à 10 millions de tonnes déversés dans l’Océan chaque année 8 à 10 millions de tonnes déversés dans l’Océan chaque année. [1]
60% des déchets trouvés en mer sont des emballages plastiques. 60% des déchets trouvés en mer sont des emballages plastiques. [2]
Une bouteille plastique met entre 100 et 1000 ans pour disparaitre de notre environnement. Une bouteille plastique met entre 100 et 1000 ans pour disparaitre de notre environnement. [3]
Sans réduction du taux de pollution, il y aura plus de déchets plastiques (en masse) que de poissons dans l’Océan d’ici 2050. Sans réduction du taux de pollution, il y aura plus de déchets plastiques (en masse) que de poissons dans l’Océan d’ici 2050. [2]
Plus d’1 million d’oiseaux et de 100 000 mammifères marins sont tués chaque année par le plastique. Plus d’1 million d’oiseaux et de 100 000 mammifères marins sont tués chaque année par le plastique. [3]

Focus sur la mer Méditerranée

Du fait de son caractère géographique semi-fermée, de l’intensité du transport maritime, de la pêche et des activités industrielles et touristiques qu’elle rassemble la mer Méditerranée est particulièrement sensible à la pollution plastique. On estime qu’elle contient entre 5 et 10% de la masse de plastique mondiale [4] et que sans mesure de gestion, la quantité de plastique qui s’y déversera augmentera d’un facteur 2,17 entre 2010 et 2025 [1].

Cependant, l’hétérogénéité des situations démographiques, économiques et géopolitiques des pays du pourtour méditerranéen rend difficile la mise en place d’un plan de gestion à l’échelle de la Méditerranée.

Entre 1 et 10 millions de particules de plastique au kilomètre carré. Entre 1 et 10 millions de particules de plastique au kilomètre carré. [4]
Entre 5 et 10% de la masse de plastique mondiale. [4]
La mer la plus polluée du monde. [8]
Parlement européen : les emballages plastiques devront tous être recyclables d’ici 2030.

Les solutions

Devant l’ampleur du problème, il est urgent d’agir pour réduire la dissémination du plastique dans le milieu naturel. Pour atteindre cet objectif, les mots d’ordre sont Réduire, Réutiliser, Recycler et Alerter.

Réduire notre production et consommation de plastique notamment en utilisant des matériaux alternatifs. Réutiliser les produits et bannir les plastiques à usages uniques pour éviter que le plastique ne devienne un déchet. Recycler plus et mieux pour réduire l’utilisation de la matière première et mieux gérer les additifs toxiques contenu dans le plastique. Alerter sur les dangers du plastique pour notre environnement et inciter au changement.

8 actions pour un premier pas vers le changement

J’adopte un sac
réutilisable

Avoir sur soi un sac réutilisable pour éviter de prendre un sac à usage unique. Pensez-y aussi pour vos fruits et légumes : pesés en vracs, ils rentrent tous dans le même sac !

Je n’achète plus de bouteille en plastique

Investissez dans une gourde réutilisable. De plus en plus de villes et de lieux publics sont équipés de fontaine à eau.

Je dis non
aux pailles

Les pailles sont un fléau pour l’environnement, pensez à les refuser ! Si vous ne pouvez vraiment pas vous en passer, il existe des pailles réutilisables !

Je pense à mes couverts réutilisables

Vous êtes adeptes des plats à emporter ? Pensez à glisser une fourchette et un couteau dans votre sac. Vous pourrez ainsi dire non aux couverts jetables !

Je bannie les microbilles plastiques de mes produits cosmétiques

Préférez des produits sans microbilles de polyéthylène (PE), Polypropylène (PP) et Polyéthylène téréphtalate (PET) qui polluent notre réseau d’eau.

Je réduis mes déchets plastiques

Optez pour un produit en vrac ou moins emballé et sans plastique : le verre et le métal se recycle mieux. Pensez-y lorsque vous faites vos courses !

Je trie mieux
mes déchets

Informez-vous sur les déchets recyclables dans votre commune, regardez bien les logos sur les emballages et compostez ; vous obtiendrez de beaux légumes dans votre jardin !

J’en parle autour
de moi !

Aucun doute, le bouche à oreille est la meilleure façon de répandre les bonnes pratiques. N’hésitez pas à échanger vos idées pour œuvrer pour notre planète.

Références

  1. Jambeck JR, Geyer R, Wilcox C, Siegler TR, Perryman M, Andrady A, et al. Plastic waste inputs from land into the ocean. Science (80- ). American Association for the Advancement of Science; 2015;347: 768–771.
  2. Ellen Mac Artur Foundation. The new plastics economy -rethink the future of plastics. 2016.
  3. National Oceanic and Atmospheric Administration. Marine Debris Program. Available: https://marinedebris.noaa.gov/
  4. Van Sebille E, Wilcox C, Lebreton L, Maximenko N, Hardesty BD, Van Franeker JA, et al. A global inventory of small floating plastic debris. Environ Res Lett. IOP Publishing; 2015;10: 124006.
  5. Laura Parker. Planet or Plastic. Natl Geogr Mag. 2018; 40–91.
  6. Biron M. Thermoplastics and thermoplastic composites: technical information for plastics users. Elsevier; 2007.
  7. Honkonen T, Khan SA. Chemicals and Waste Governance Beyond 2020: Exploring Pathways for a Coherent Global Regime. Nordic Council of Ministers; 2016.
  8. Cózar A, Sanz-Martín M, Martí E, González-Gordillo JI, Ubeda B, Gálvez JÁ, et al. Plastic accumulation in the Mediterranean Sea. PLoS One. Public Library of Science; 2015;10: e0121762.
  9. Foundation SE. Still finding excuses? Time for Europe to act against plastic bag pollution [Internet]. 2018. Available: https://www.surfrider.eu/wp-content/uploads/2018/07/still_finding_excuses_web.pdf